L'organisation comme moteur Symbolique

Publié le par Hari Seldon

L'organisation comme moteur Symbolique

En rangeant mes dossiers, je retrouve cette présentation (attachée), faite en son temps à l'école des Mines et au CNAM sur l'utilisation de la structure sénaire pour décrire une organisation. La stratification par niveaux hiérarchiques était le coeur de mon modèle, et c'est de là qu'est né mon désir de comprendre les dysfonctionnements organisationnels comme conséquence d'une variation des rythmes de travail lors du passage d'un niveau à l'autre.

Comme vous le voyez, les chemins qui mènent à la psychanalyse et Lacan peuvent être parfois assez tortueux...

Rendement d'une organisation

L'organisation comme moteur Symbolique

J'ai tenté d'utiliser ce que je savais de thermodynamique pour en calculer le "rendement". Et ma réflexion s'est développée à partir de là. En effet, pour calculer un tel rendement, il faut définir une énergie. Quelle énergie retenir dans une organisation ? En bon petit ingénieur, je me suis rabattu sur le minimum syndical: une énergie est liée à la mesure d'une fréquence (i.e.: E = h.v). et puis, j'ai fait le dernier lien entre fréquence et perception du temps. La suite dans "L'Homme Quantique", bien sûr...

Je pense qu'il serait temps, maintenant de revenir à cette modélisation, pour l'affiner...

Mais, comme toujours, le plus intéressant est ailleurs et concerne la psychanalyse: il est très facile, en partant de ce modèle, surtout après l'avoir dotée d'une structure de groupe, de caractériser les comportements névrotiques et psychotiques... C'est l'un des développements que je souhaite entreprendre avec les psychanalystes concernés par la chose. Avis aux amateurs...

Hari

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article