Défaut de masse

Publié le par Hari Seldon

Défaut de masse

J'étais tranquillement ce midi à la terrasse du "di Sorento", boulevard de Marseille, sirotant un verre de blanc (oui, je sais, ce n'est pas oenologiquement correct) en attendant ma pizza, à la fraîcheur d'une tonnelle ombrée, lorsque je fus traversé par cette idée:

le défaut de masse est un effet diachronique.

Paf, ici, maintenant, mais pourquoi? Je ruminais vaguement un commentaire fait peu de temps avant sur Mediapart. Le sujet n'avait rien à voir: il y était question des développements (inexistants selon moi) de la psychanalyse... Je laissais flotter les rubans, et ce point d'émergence tout soudain, qui replonge dans l'oubli dès que j'en prends conscience. Déjà, l'idée s'est installée, elle va prendre ses aises, et m'être familière d'une ancienne complicité d'il y a à peine une heure...

A posteriori, l'idée en elle-même est assez évidente: entre les constituants élémentaires, considérés séparément et le nouvel élément qui émerge de leur recomposition, il y a bien une différence de niveaux imaginaires: on passe bien des éléments au groupe. Nous avons vu et rabâché à satiété qu'un tel passage (par définition diachronique) signe une "différence de potentiel" et s'accompagne d'une certaine "incertitude" ou indétermination. Le potentiel en question serait repéré au niveau atomique par la masse (dont nous avons vu par ailleurs ce que l'on peut en dire.)

Pourquoi certains passages de l'élément au groupe seraient-ils exothermiques (la fusion) et d'autres endothermiques (la fission), à franchement parler, je n'en sais rien, et c'est pourquoi je me garderai bien d'en parler...

Et puis, mon esprit vagabondant, je me suis dit qu'il devait en être de même au niveau beaucoup plus complexe d'une réaction chimique: il y a bien échanges d'énergie dans un passage des éléments au groupe (le nouveau composé chimique)...

J'en reste là, ce, billet étant destiné à me servir de pense-bête, enfoui, ignoré au creux de ce blog, juste pour me souvenir de ce jour particulier où une idée neuve m'a traversé l'esprit, comme un signifiant vous accroche au sortir d'un rêve.


Hari

Publié dans L Homme quantique, Physique

Commenter cet article