Je suis Charlie

Publié le par Hari Seldon

Je suis Charlie

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne

Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends

J'irai par la forêt, j'irai par la montagne

Je ne peux demeurer loin de toi plus longtemps...

Ce mouvement qui a levé, en France autour de 4 millions de personnes, dimanche dernier, me replonge directement dans les sujets que j'aborde dans des fils de discussions sur Mediapart:

  • la discussion autour de "Liberté, égalité, fraternité",
  • celle autour de "la communication",
  • celle autour de "la pensée mythique".

En effet, il s'agit ici d'un cas d'école, qui met particulièrement bien en évidence la différence entre "Symbolique" et "Imaginaire"; ainsi que la différence entre postures "ex-ante" et "ex-post".

Que disent les manifestants dans la rue? Beaucoup de choses, très diverses, de l'émotion. Et ce n'est pas le propos ici d'en faire la récollection. Mais j'y vois ceci: une aspiration vers quelque chose de l'ordre de "vivre ensemble", de la "liberté". Un Symbole inaccessible, impossible à appréhender explicitement par des mots, mais qui se dessine à travers la diversité de ces expressions (principe de répétitions).

==> Et cet espoir marque une position ex-ante par rapport à ce Symbole.

Maintenant, que lisons-nous ici, sur Mediapart:

  • Des témoignages d'un vécu (i.e.: auteurs en position synchrone: ils en font le récit historique; ou ex-ante: ils partagent cette "communion" ressentie dans la marche);

==> on retrouve la position ex-ante, qui seule permet une "empathie" avec le mouvement

  • Des théorisations concernant le déroulement de cette marche. Essentiellement des critiques concernant, soit la récupération d'un mouvement en cours, soit des rejets de certaines personnes présentes, ou des demandes adressées à certains d'avoir à se prononcer sur les évênements. Analyse ou théorisation:

==> on est dans une position ex-post pour exprimer une reconstruction (par définition Imaginaire)

Il est évident que les deux discours ne peuvent se rejoindre.

Maintenant, ceux qui, en position ex-ante, expriment leur attente (ou un manque) symbolique, peuvent, bien évidemment, adopter une position ex-post pour adhérer ou non à tel ou tel discours politique visant à expliciter cette attente symbolique; et retomber en position ex-post.

Mais, et c'est beaucoup plus inquiétant, ceux qui ne peuvent (ou ne savent) pas changer de position ex-post, ceux qui ont toujours une explication, toujours un argument à opposé à un vécu, présentent une rigidité forte inquiétante. J'en parle ici.

Et cette marche m'a fait irrésistiblement penser à ce poème de Victor Hugo mis en exergue

Hari

Commenter cet article