Help!

Publié le par Hari Seldon

Mon intention est d’envoyer un message personnel à tout mes carnets d’adresses, pour demander aide et conseil afin avancer dans mon travail. Et peut-être (c’est là que j’ai besoin d’aide) pour en faire un travail universitaire.

L’idée est la suivante :

  • il y a une congruence formelle entre notre façon de décrire le monde (la physique) et le langage utilisé pour en parler (les mathématiques) et notre évolution intellectuelle se fait en parallèle sur les deux tableaux ;
  • ma thèse est celle dont je vous rabâche les oreilles, ici, au fil de mes billets : à savoir que notre nature de mammifère parlant se retrouve dans notre façon de nous représenter le monde. Ce qui se résume en 3 points :
  1. principe dichotomique: nous classons par paires de contraires (0/1)
  2. structuration du langage par niveaux synchroniques
  3. utilisation de la forme canonique pour "inventer" un métalangage à partir d’un langage.
  • Je voudrais aller jusqu’au bout de la démarche à partir des quelques briques que j’ai pu présenter jusqu’à présent. L’idée, c’est de baliser tout le développement d’une part entre les opérations d’addition / multiplication jusqu’aux notions nécessaires pour écrire l’équation de Schrödinger, et d’autre part montrer (ce qui n’est pas neuf, mais pour en souligner l'évidence) que la question traitée par cette équation, est la même que celle de Maupertuis, et n’est pas différente dans son essence de celle posée par l’apologue d’Aristophane au cours du Banquet. Dans le prolongement de "L'Homme Quantique".

Repères : a/ regard "entropologique" sur les maths, b/ le principe d’incertitude sans les maths, c/ Principe d’incertitude et théorème de Noether, d/ pour voir une utilisation de la forme canonique des mythes : voir ici une application sur le théorème de Noether pour fonder le concept de liberté à partir de celui d’incertitude.

Le besoin :

Je me rends compte, tardivement, que j’ai besoin du filtre universitaire, pour que ces idées puissent se développer et faire leur chemin. Mon handicap c’est d’une part une difficulté à trouver le champ pertinent pour développer cette thèse (épistémologie ?), et d’autre part trouver des gens intéressés pour en discuter. Dans les trois domaines suivants : maths / histoire des maths ; physique / histoire de la physique ; épistémologie.

Si donc, par hasard, l’un d’entre vous peut m’aiguiller vers quelque personne uitle… Merci d'avance.

Hari.

Commenter cet article