La Voie bouddhiste

Publié le par Hari Seldon

Difficile de prendre la décision  de suivre la Voie qui s'offre à moi. J'ai bien parcouru  ce livre "La Voie Joyeuse",  qui présente à priori des récits  incohérents.

Le problème qui se pose au guide (car lire ne saurait suffire) c'est d'exprimer l'indicible.
En effet ,  nous sommes, nous Humains,  spécifiquement des  êtres de la "parole", c'est ce qui nous différencie des animaux pour l'essentiel,  ce qui induit la "réflexion" sur le monde (déjà un problème de miroirs, cher à Lacan).  Or, le but du chemin proposé se trouve au-delà des mots. Donc prendre conscience de la vacuité essentielle de notre "Moi", de notre représentation du Monde, c'est prendre conscience que tout ceci, toutes mes représentations ne sont qu'un reflet de ce que je peux exprimer. Je suis porté par mon discours, inscrit dans une  culture, exprimée par une langue.

Donc l'exercice de motiver un  éventuel adepte à suivre la Voie,  est extrêmement difficile,  puisqu'il faut user de mots qui de toute façon sont inadéquates. Chaque écrit est donc à réinterpréter en fonction du degré d'avancement. L'honnêteté tient à ce que le guide indique en permanence son but, ce qu'il fait (même s'il s'agit de "modeler", "motiver", "manipuler" l'esprit), et que l'ensemble du corpus soit accessible à l'élève (qui n'est limité que par sa propre compréhension). Dans ce contexte, vouloir creuser un texte, en faire l'exégèse trop tôt n'a pas de sens. Il faut, au début faire une épochè. La limite de l'exercice c'est qu'en cours de chemin, l'économie du texte s'éclaire effectivement par la pratique; sinon, il faut s'arrêter.  Voilà, je pense, le parachute qu'il faut s'accorder.

Il y a donc un moment de lâcher prise auquel il faut consentir, un acte de foi à poser, comme lors de la construction d'un pont, on projette son tablier dans le vide, en espérant qu'il ne s'écroule pas avant de pouvoir l'asseoir sur la pile suivante (si tant est, bien entendu que le pilier espéré soit au rendez-vous!!!).
viaduc-Millau.jpg
Ceci n'empêche pas, du côté de cette rive, bien (bien ?) enracinée dans le quotidien (sinon le réel), de trouver de nouvelles figures, plus en harmonie avec notre culture, pour faciliter ce démarrage. c'est une tâche que je veux continuer (reprendre mon étude de Lacan, cela fait une année que je n'ai pas ouvert un livre du Séminaire, dur, dur).
Mais d'un autre côte, je sens comme une telle congruence entre l'objectif bouddhiste et la vision qui se forme en moi du sens de l'évolution (Bouddha ne serait-il pas le chaînon suivant de l'évolution ?) et l'effort à fournir me semble par ailleurs raisonnable et conforme à mon éthique.

Et puis, en parcourant les blogs sur le sujet, je tombe sur un blog islamiste qui dénonce les erreurs du Bouddhisme. Il indique en particulier que les occidentaux favorisent le développement du Bouddhisme, contre les 3 religions du Livre, parce qu'il conforte les erreurs du darwinisme!
Voilà vraiment une argument qui ne peut que me pousser dans la Voie bouddhiste.
Allez, encore un petit effort, car je me sais très velléitaire!

Motivation en cours de développement.

Hari

Publié dans Bouddhisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Thomas 19/09/2007 13:12

Personellement, je ne pense pas qu'il faut se laisser par les discours de telle religion en critiquant une autre, sa n'a aucuns sens.La meilleur religion est celle qui nous correspond, et si le bouddhisme est apprécié en occident, quel est le problème? Peut être que les gens s'attachent trop à l'art bouddhiste etc et ne vont pas dans les enseignements de fond, mais quelle importance tant qu'ils peuvent se sentir heureux, plutot que d'adopter une religion de force qui nous rendra mal à l'aise? Chacun est libre d'aller où il veut.

Hari Seldon 20/09/2007 00:15

Je ne comprends pas trop le sens de la remarque. Aurais-je opposé une religion à une autre ?Tel en tout cas n'était pas mon intention. Je m'intéresse plus à ma propre évolution; mais pour avancer, je suis très attentif à regarder où je porte mes pas, et lorsque quelque chose m'attire, mon premier réflexe, par défiance envers mon propre jugement, est d'aller voir les critiques, les jugements autres, afin de voir si je ne suis pas passé à côté de quelque chose.Le développement de ma thèse m'a d'abord porté vers le taoïsme, qui pour certaines approches du Monde me semble d'une grande importance. Maintenant je m'intéresse au Bouddhisme qui me semble la voie que je doive suivre pour l'heure. J'en suis à la phase de motivation.Simplement, j'ai développé une vision très construite et cohérente du monde (voir ma thèse) en particulier en réfléchissant sur les écrits de Lacan; et je suis intellectuellement (ce n'est qu'une partie accessoire de mon intérêt pour le Bouddhisme) sûr qu'il y a possibilité de réinterpréter le Bouddhisme (d'en illustrer l'approche) avec nos codes occidentaux les plus avancés scientifiquement.