Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + CrΓ©er mon blog

Sur les traces de Lévi-Strauss, Lacan et Foucault, filant comme le sable au vent marin...

L'Homme quantique

L'auteur et son discours (...)π“‚€ - grammaire et orthographe

- Dans l'article précédent, nous venons de voir, de façon très schématique, quelle posture devait adopter l'auteur π“‚€ pour parler de l'expérience du Sujet 𓁝Iπ“œ.

Mais avant même d'approfondir dans cette voie, il me semble nécessaire de réfléchir un peu à cet objet particulier qu'est le discours (...)π“‚€ produit par l'auteur.

- Il me semblait que ton axiome de clôture montrait simplement que tout discours rationnel (...)⇆𓂀 était limité (ou clos) par l'auteur en posture [β™²]⇆𓂀 ?

- Effectivement, mais je voudrais reprendre ici ma réflexion à partir de ce que nous avions établi dans "exercices" :

  • Lorsque π“‚€ utilise β© avec un temps de type séquentiel, il est dans un récit de niveau [⚀], dans son propre Imaginaire. Dans ce cas, il convient de le préciser en indiquant le concept diachronique qui rattache π“‚€ à son discours, par exemple ((...)⏩(...))β‡…π“‚€ (i.e.: [⚀]π“‚€)
  • Lorsque π“‚€ précise une orthogonalité entre deux éléments de discours, nous avons implicitement: ((...)(...))π“‚€ (i.e.: [#]π“‚€)
  • Lorsque π“‚€ explique une équivalence ((...)⇆(...))⇆𓂀 (i.e.: [β™²]π“‚€)

- N'avais-tu pas développé ce thème dans l'article suivant "Le Sujet - être de parole et au delà" ?

- Si, si, mais je voudrais m'assurer ici d'avoir fait le tour de la question, en réfléchissant à la nature de cet artefact qu'est le discours de l'auteur.

- Je ne comprends pas trop où tu veux en venir ?

- Moi non plus, je cherche.

Il y a tout d'abord ces "données immédiates" de la conscience liés à notre représentation instinctive du mouvement, de l'espace et du temps.

En prenant pour exemple l'approche locale topologique, nous en étions arrivé à cette conclusion que le passage de (𓁝⇅[#]π“œβ©π“[#]π“œ)β‡…π“‚€ (1) décrit une procédure (i.e;: une succession d'étapes dans le temps).

Toutefois pour "comprendre" ce dont je parle, il faut que je puisse envisager explicitement la posture finale du Sujet ([#]π“œ)π“‚€ ce qui n'est possible qu'en [#]π“‚€ où je suis incapable d'ordonner⚀ des séquences puisque mon discours n'est plus linéaire, mais s'étale, de façon picturale, en tableau.

- N'as-tu pas dit hier qu'il est possible d'encapsuler les discours, et donc qu'en  écrivant (1), tu as implicitement (((𓁝⇅[#]π“œβ©π“[#]π“œ)β‡…π“‚€)π“‚€)⇆𓂀 (2) ?

- En empilant les parenthèses, (((...)β‡…π“‚€)π“‚€)⇆𓂀 je ne suis pas sûr d'échapper à cette notion primitive du temps, parce je figure encore une procédure. Reprenons tout depuis le discours initial (1) :

  1. (𓁝⇅[#]π“œβ©π“[#]π“œ)β‡…π“‚€
  2. ((𓁝⇅[#]π“œβ©π“[#]π“œ)β‡…π“‚€)π“‚€
  3. (((𓁝⇅[#]π“œβ©π“[#]π“œ)β‡…π“‚€)π“‚€)⇆𓂀

La succession se repère ici par les parenthèses : (...)⏩((...))⏩(((...))) malgré mon désir de m'élever au niveau [β™²]⇆𓂀 de mon propre Imaginaire.

- C'est peut-être le moment de parler d'orthographe ! Est-ce qu'en passant de la phase 1 à la phase 2, tu as réellement adopté la position [#]π“‚€ ?

- Je crois que tu as raison. En phase 2, mon discours doit s'articuler autour des orthogonalités. Je ne peux donc écrire que (𓁝⇅[#]π“œπ“[#]π“œ)π“‚€. De même à l'étape suivante ne puis-je qu'indiquer l'équivalence⇆ des deux positions  (𓁝⇅[#]π“œβ‡†π“[#]π“œ)⇆𓂀.

Dans ce cas, mon étagement 1/2/3 précédant serait plutôt une indication de la profondeur de mon discours, dans une orientation du texte qui ne serait plus horizontale (i.e.: β˜―[∃] [⚀] [#] [β™²] [∅]☯) mais verticale.

niveau de π“‚€ les discours de π“‚€ sur π“Iπ“œ
☯  
[∅]  
[β™²] (𓁝⇅[#]π“œβ‡†π“[#]π“œ)⇆𓂀
[#] (𓁝⇅[#]π“œπ“[#]π“œ)π“‚€
[⚀] (𓁝⇅[#]π“œβ‡…π“[#]π“œ)β‡…π“‚€
[∃]  
☯  

Cette façon d'écrire me fait prendre conscience de l'orthogonalité entre les Imaginaires du Sujet (i.e.: ce qu'en dit π“‚€ se déploie horizontalement) et de l'auteur, repéré ici verticalement. Autrement dit, je suis dans un discours de niveau [#]π“‚€ ?

- Mais ce n'est pas cohérent avec (𓁝⇅[#]π“œβ‡†π“[#]π“œ)⇆𓂀 !

- Effectivement, il reste encore une dissonance à lever; mais tout au moins pouvons-nous écrire sans ambiguïté :

niveau de π“‚€ les discours de π“‚€ sur π“Iπ“œ
[#] (𓁝⇅[#]π“œπ“[#]π“œ)π“‚€ (2)
[⚀] (𓁝⇅[#]π“œβ‡…π“[#]π“œ)β‡…π“‚€ (1)

Dans cette représentation en 2D, il n'y a plus succession dans les discours, mais concomitance : π“‚€ exprime "à la fois" (1) et (2) dans un espace :

  ☯[∃] [⚀] [#] [β™²] [∅]☯
[#] (𓁝⇅[#]π“œπ“[#]π“œ)π“‚€
[⚀] (𓁝⇅[#]π“œβ‡…π“[#]π“œ)β‡…π“‚€

- D'accord: ton discours s'inscrit ainsi sur deux Imaginaires orthogonaux, celui du Sujet et le tien, en tant qu'auteur. Mais quid de la posture finale β‡†π“‚€ ?

- On en revient à la notion extrêmement basique que π“‚€ est un "Sujet" 𓁝Iπ“œ; ou "Je est un Autre" pour reprendre Lacan. Nous sommes déjà arrivé à ce constat que le Sujet, comme l'auteur doivent être considérés en [β™²]⇆𓂀 comme un volumeβ™²au regard d'une enveloppe#. Or, l'enveloppe, nous l'avons : c'est l'ensemble des discours  engendrés par nos deux Imaginaires orthogonaux.

- Tu voudrais plonger cette surface en 2D dans un espace en 3D ?

- Oui, et ça semble assez évident, avec un peu de recul.

Notre 3ème discours se résume à ceci : (π“β‡…β‡†π“œ)⇆𓂀, qui revient à  ([⚀]⇅𓂀⇆[#]π“‚€)⇆𓂀. Graphiquement, cette équivalence⇆ revient à découper les deux lignes [#] et [⚀] du discours de π“‚€ et à les coller tête-bêche, pour former un ruban de Moebius.

- Tu avais déjà présenté une bande de Moebius dans l'article "Point #9-Symétries" :

- Sauf que sur ce ruban, le collage se fait dans l'autre sens: c'est le Symbolique du Sujet qui se colle sur l'envers du Réel.

- Nous revoici en pleine topologie !

- Tout à fait Thierry. Ceci va nous guider pour la suite.

Puisque nous avons l'équivalence⇆: (𓂀⇆𓁝Iπ“œ)⇆𓂀, nous pouvons représenter l'espace du discours en [#]π“‚€ par deux axes orthogonaux :

π“‚€/𓁝Iπ“œ ☯ [∃] [⚀] [#] [β™²] [∅] ☯
☯ (☯,☯)           (☯,☯)
[∅]              
[β™²]              
[#]              
[⚀]              
[∃]              
☯ (☯,☯)           (☯,☯)

Le discours en [β™²]⇆𓂀revient à constater une équivalence redoublée :

  • l'auteur π“‚€ vu comme le Sujet π“Iπ“œ
  • le Réel ☯ vu comme l'Imaginaire β˜―

ce qui revient à replier notre espace délimité par ces 4 points :

(☯,☯) (☯,☯)
(☯,☯) (☯,☯)

comme on ferme un mouchoir en nouant ses quatre coins. En topologie ça s'appelle "l'espace projectif", avec ici notre Auteur/Sujet à la place du point de projection.

Avoue que la figure finale de cet espace rapporté au point de vueβ™² de l'auteur est assez élégante ! 

- À ceci près que ton espace projectif, que l'on peut représenter par la surface S2, ne renferme pas de volume S3 à cause de cette ouverture qu'est la place du Sujet au point de projection... Ton ballon de baudruche se dégonfle à cause de cette ouverture.

- N'est-ce pas toute la beauté de la chose ? Dès qu'il s'exprime, le Sujet se vide en se faisant auteur ! À mon avis, tu peux remplir une bibliothèque à partir de là...

- Mais arrivé à ce point final de notre représentation en β‡†π“‚€ il faudrait malgré tout revenir sur Terre pour exprimer autre chose que de grandes généralités aussi intéressantes qu'inutiles comme "tout est dans tout et réciproquement" ...

- Bien sûr, mais il sera plus facile de retrouver notre chemin en repartant de ce point de projection.

1/ [β™²]⇆𓂀 :

Nous retiendrons l'hypothèse que le principe d'équivalenceβ™², dans l'esprit de l'auteur [β™²]⇆𓂀 a le même sens que celui qu'il prête au Sujet [β™²]β‡†π“œ.

- Mais peuvent-ils différer par leur connaissance des concepts de niveau [β™²] ?

- À l'évidence. D'ailleurs, la définition des concepts à chaque niveau de notre Imaginaire diffère d'une culture à l'autre, et dans chaque culture subsiste des compréhensions différentes de [β™²]. Cependant, et c'était notre axiome liminaire, la structuration générale du cerveau reste la même d'un individu à un autre, hormis sans doute certains cas pathologiques.

Tout ceci nous amène à dire qu'en écrivant ([β™²]β‡†π“œ)⇆𓂀, les deux signes β‡† de part et d'autre des parenthèses ont le même sens.

2/ [#]π“‚€ :

Nous venons de voir que π“‚€ et 𓁝Iπ“œ sont orthogonaux entre eux. C'est dire que le Sujet peut très bien tenir un discours sur celui qui se présente comme orateur. Lévi-Strauss observe les Jivaros, ce qui n'interdit nullement à ces dernier de se faire une théorie de l'Homme Blanc à partir de leurs observations de Lévi-Strauss. 

Donc, le concept d'orthogonalité est le même au niveau [#] pour chacun de nos deux compères Dupont [#]π“‚€ et Dupond [#]π“œ; et je peux écrire ([#]π“œ)π“‚€, en gardant le même symbole ⊥ pour les deux (avec cette idée que π“‚€=π“œ et ⊥⊥π“‚€=π“œ=π“‚€).

- Mais là encore, les deux niveaux [#] peuvent différer ?

- Oui et c'est là que c'est très intéressant : je peux situer mon Sujet π“Iπ“œ dans un espace hyperbolique en restant, moi qui en parle, bien au chaud et tranquille dans mon espace Euclidien familier ! Ce qui me permet de donner un sens à une représentation de ce type de l'espace relativiste :

Voir l'article "Aspect de la géométrie" sur ce blog
  • L'espace hyperbolique est celui de notre Sujet 𓁝Iπ“œ d'expérience;
  • Je représente cet espace du Sujet sur une feuille de papier, autrement dit mon espace Euclidien d'auteur π“‚€.

La seule chose que nos ayons en commun, c'est l'idée d'orthogonalité# !

Ça tombe bien, puisque ce concept d'orthogonalité# peut être ramené, comme nous l'avons vu avec la géométrie de Bachmann, (voir "Point #9-Symétries") à un principe de symétrieβ™² de niveau [β™²] !

Et du coup je commence à comprendre comment le petit mammifère que je suis, strictement conditionné par un cerveau qui se "voit" dans un espace Euclidien, peut s'échapper par la pensée et imaginer d'autres potentialités !

- Tu repenses à Bergson et ses "données immédiates de la conscience" ?

- Tout à fait, mais garde-le au chaud, nous y reviendrons sans doute...

3/ [⚀]β‡…π“‚€ :

Nous arrivons au niveau où notre Sujet 𓁝Iπ“œ se délite !  Si par exemple, je parle de la relativité du temps entre ce que voit le chef de garde, fixe sur le quai π“œ et un passager 𓁝 en translation par rapport au quai, ils n'ont pas la même base de temps, il en est de même de l'auteur et du Sujet ([⚀]β‡…π“œ)β‡…π“‚€ qui décrit l'un et l'autre.

- Attends un peu, chacun a malgré tout la même notion de successeur⚀, non?

- Certes, mais à ce niveau du discours, le temps est fondamentalement un concept diachronique qui s'évalue pour chacun d'eux par un décompte de sauts [∃]↑[⚀] qui lui est propre. Dans l'esprit de l'auteur [#]π“‚€, le temps de la narration est orthogonal# au temps qu'il décrit, de la même façon que dans l'esprit du Sujet [#]π“œ, l'espace et le temps sont orthogonaux#.

Je comprends la chose ainsi :

  • Le discours ([⚀]β‡…π“œ)β‡…π“‚€ a un sens, basé sur le concept de successeur⚀;
  • Le rapport entre le temps du Sujet et celui de l'auteur est à la discrétion de ce dernier.

C'est pourquoi, lorsque j'écris (𓁝⇅[#]β€‹β€‹β€‹β€‹β€‹β€‹β€‹π“œβ©π“[#]β€‹β€‹β€‹β€‹β€‹β€‹β€‹π“œ)β‡…π“‚€, le symbole β© est utilisé pour représenter la succession dans la narrationβ‡… de π“‚€ qui se distingue d'un temps propre au Sujet [⚀]β‡…π“œ, symbolisé par β‡….

- Mais peux-tu avoir deux bases de temps sans commune mesure dans un seul discours ?

- Oui, dans la mesure où au niveau [#]​​​​​​​𓂀 nous avons déjà vu que les Imaginaires de l'Auteur et du Sujet sont orthogonaux ! Nous en tirons ici la conséquence au niveau le plus primitif du discours :

Le temps de la narration⚀ est orthogonal# au temps⚀ du Sujet dans le discours.

- Ce qui te permets de retomber sur tes pattes !

 - À mon grand soulagement !


En résumé

1/ En ayant à l'esprit que "Je est un Autre", on forme l'hypothèse que la structure Imaginaire de l'auteur du discours est semblable à celle du Sujet dont il parle.

☯[∃] [⚀] [#] [β™²] [∅]☯

2/ Les concepts de similitudeβ™², d'orthogonalité# et de successeur⚀ sont commun aux niveaux respectifs [β™²], [#], et [⚀] du Sujet 𓁝Iπ“œ (dans le discours) et de l'auteur π“‚€ (chapeautant le discours).

3/ Le concept commun d'orthogonalité# permet d'articuler une expression euclidienne (pour π“‚€) d'un espace non-euclidien (pour 𓁝Iπ“œ).

4/ Le concept commun de successeur⚀ permet à l'auteur π“‚€ de décrire des évolutions du Sujet 𓁝Iπ“œ dans un "temps narratif" (i.e.: symbolisé par ⏩) , décorrélé du temps propre au Sujet (i.e.: symbolisé par β‡…). 


- Si l'on garde bien ceci en tête, l'expression  (𓁝⇅[#]π“œβ©π“[#]π“œ)β‡…π“‚€ (1) qui nous avait fait tiquer garde un sens : le Sujet peut être décrit à un niveau [#]π“œ de son Imaginaire, par un auteur qui en reste au niveau [⚀]π“‚€ du sien pour la simple raison qu'il s'agit d'une coupe par le niveau [⚀]π“‚€ d'un discours plus complet s'exprimant sur deux axes orthogonaux# dans l'Imaginaire de l'auteur...

- Ouf ! 

Hari

Partager cet article
Repost0
Pour Γͺtre informΓ© des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article