Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sur les traces de Lévi-Strauss, Lacan et Foucault, filant comme le sable au vent marin...

L'Homme quantique

La grande confusion de Philippe Corcuff # 06 - Soral / Zemmour

Lecture du 19/04/2021

Chapitre 4 : Quatre figures de l'extrême droite iédologique Soral, Zemmour Renaud Camus, Hervé Juvin (ici les deux premiers)

Nota : La signification et l'usage de mes glyphes, comme le schéma général de l'Imaginaire du Sujet  sont présentés ici: "Résumé"

[∃]𓁝⇅𓁜[⚤]𓁝⇅𓁜[#]𓁝⊥𓁜[♲]𓁝⇆𓁜[∅]𓂀 (1)

J'ai situé certains concepts Japonais, tels que Ma/Aïda 間, Mu 無, espace 空間 et temps 時間 dans cette grille de lecture, ici : "L'espace-temps / Ma"

[∃]𓁝⇅𓁜[時間]𓁝⇅𓁜[空間]𓁝⊥𓁜[間]𓁝⇆𓁜[無]𓂀 (2)

- J'ai eu du mal à lire les références à Soral et Zemmour tellement ça pue. J'avais l'impression que certains passages me salissaient les yeux et je retenais ma respiration de crainte de souiller l'esprit.

- D'où l'urgence d'en parler, non ?

- Certainement, mais je pense que leur cas relève plus de la psychanalyse que de la politique...

- Par où vas-tu commencer ?

- Par une interview de Soral, commentant celle de Poutine par Elkabbach que je retranscris pour en discuter (p. 244)

Ce qui m'a perturbé  sur le coup, c'est que ce qu'il dit me renvoie directement à mon schéma de l'Imaginaire, et soudain, je prends peur : et si mon approche prêtait à ce genre de contresens total ?

- Mais de quoi parles-tu ?

- De mon schéma général !  [∃]𓁝⇅𓁜[⚤]𓁝⇅𓁜[#]𓁝⊥𓁜[♲]𓁝⇆𓁜[∅]

- Le symbole Yin Yang ☯ montre bien l'ambivalence de ce qui est externe à l'Imaginaire du Sujet, avec une double face Réel/ Symbolique, et tu as bien une double approche des choses :

  • Ex post ou globale : [∃]𓁝⇅𓁜[⚤]𓁝⇅𓁜[#]𓁝⊥𓁜[♲]𓁝⇆𓁜[∅]
  • Ex ante ou locale : [∃]𓁝⇅𓁜[⚤]𓁝⇅𓁜[#]𓁝⊥𓁜[♲]𓁝⇆𓁜[∅]

À partir de là, il est très facile de comprendre les postures :

  • [∃]𓁜, comme "virile" ou Yang, dirigée vers le Réel (Yin);
  • 𓁝[∅], comme "féminine" ou Yin, dirigée vers le Symbolique (Yang).

En ce sens également, prendre le pouvoir et "dire la loi" en [♲]𓁜 est viril, quand chercher un 𓁝sens Symbolique à la loi 𓁝[∅] est féminin etc... Et j'ai peur tout d'un coup d'une possible récupération de mon schéma à mauvais escient.

- Calmos : tu as toujours insisté sur l'importance des changements de postures, soit 𓁝𓁜, soit 𓁝[α]𓁜, allant même jusqu'à parler de la stagnation dans l'une ou l'autre posture comme pathologique (voir "psychose et névrose une question de posture") :

  • fixité 𓁝 : névrose;
  • fixité 𓁜 : psychose.

- En espérant que ceux qui me lisent l'auront suffisamment compris, revenons à ces déclarations :

1/ Oui, bien entendu, dans une interview celui qui écoute, dans l'attente du discours est en position ex ante 𓁝, quand celui qui parle est en posture ex post 𓁜 (par définition puisqu'il est l'Auteur du discours 𓂀).

2/ Lorsque Soral parle de "la fascination" d'Elkabbach pour Poutine, j'ai la nette impression que le terme s'applique à lui, se voyant intellectuellement dans la posture 𓁝 qu'Elkabbach occupe techniquement de par sa fonction dans l'interview. 

3/ Vu la très faible opinion qu'il a des femmes, il ne peut que se défendre d'être dans cette position "d'infériorité" face à l'image de la virilité rayonnante du mâle dominant.

4/ Il faut donc marquer la distance avec Elkabbach, coup de pot : il est Juif !

Le propos de Soral n'est aucunement dans le champ politique, mais psychanalytique. Comment en est-il arrivé à une figure si dévalorisée de la femme: "se soumettre comme une femme" ?

- Tu ne peux pas en rester là, car son discours a des effets politiques. Comment les analyser ?

- J'avoue que l'idée du Juif comme "femme", m'étonne au premier abord. Quand je pense au Mossad, à Ben Gourion voire à Golda Meir, le côté féminin m'échappe un peu !

Quant au Juif qui "ferme sa gueule" lorsque le mâle dominant "l'ouvre", franchement, en pensant à Spinoza, Karl Marx, Freud, Einstein, je crois bien qu'ils l'ont ouvert si grande que nul ne peut échapper au séisme de leurs paroles ! Par ailleurs, l'image ouvert/fermé me semble inversée : c'est la femme qui "l'ouvre" quand le mâle sort sa queue : Soral tenterait-il de châtrer Poutine qui le fascine? Rêve-t-il de prendre sa place ? Est-ce le ressentiment de l'intello face au pouvoir? En ruminant un exemple plus ancien, le couple Moati/ Le Pen, cette répétition signe-t-elle un manque? (note #1)

- Ce n'est pas suffisant, pour démonter la position. Il pense au Juif Ashkénaze du Sentier, ou au banquier qui gère l'argent des riches, avec les courbettes allant avec : "une place d'intermédiaire et de courtisan et au mieux de diplomate comme du temps ou la France était la France". Position ambivalente impliquant les changements de postures du "pédé" qui le mettent si mal à l'aise...  C'est là-dessus qu'il faut travailler.

- Soit, élargissons la perspective en le comparant à Zemmour.

Ce dernier parle également de l'autre qu'il rejette, en l'occurrence le Noir et l'Arabe en termes sexuels, mais ici il la posture assumée est celle de la femme (blanche et de préférence blonde) attirée par le sexe fantasmé d'un mâle de film porno :

- C'est à croire qu'il assume la place que Soral lui assigne !

- Oui, bon, mais blague à part, remarque le parallèle :

  viril féminin
Soral  Aryen (Poutine)  Juif
Zemmour Noir, Arabe Europe

Il s'agit d'une aspiration vers l'Aryen chez Soral, avec l'ambigüité de sa propre position (femelle) par rapport au mâle dominant, et une sorte de domination "domestique" du maître (mâle) chez lui par rapport à "sa femme" Juive, sachant se tenir à sa place.

Zemmour est plutôt sur la défensive, cerné dans la forteresse Europe assiégée dans l'attente du viol par les envahisseurs.

J'en retire l'idée d'une symétrie entre leurs deux discours :

  • L'opposition au Juif est d'ordre "interne" chez Soral, et c'est typiquement son "bouc émissaire";
  • La peur du Noir et de l'Arabe est d'ordre "externe" chez Zemmour : ils sont exogènes à la tribu. L'opposition est alors exprimée en termes très archaïque "d'accès aux femmes".

- Ce n'est plus de la politique mais de l'ethnologie ou de la psychanalyse...

-  Sans doute, mais cela nous indique au moins leur niveau d'analyse.

1/ Ici les oppositions mâle/ femelle sont brute de décoffrage : il s'agit d'une opposition dichotomique, de niveau logique en [⚤].

2/ En ce qui concerne la régulation des mariages, les sociétés archaïques les plus sophistiquées édictent des lois de parenté repérables par des structures de groupe (par exemple le groupe de Klein), mais cette pensée, qui dépasse celle de Zemmour de cent coudées, en reste malgré tout de niveau [⚤].

- Est-ce à dire que la préoccupation de Zemmour serait de type symétrie en [♲]?

- Non, non, la question de l'accès aux femmes n'est pas conceptualisée chez nos deux compères, ils pensent plutôt en termes de conservation, comme nous allons le voir en suivant Corcuff.


Le 20/04/2021 :

- Avant d'en revenir à Corcuff, je préfère me laisser guider par ma surprise à la lecture de ces textes de Soral et Zemmour. Leurs références au rôle de la femme sont si archaïques, qu'ils te renvoient à une sorte de mémoire primitive.

- Une drôle de madeleine de Proust !

- C'est un peu ça. Mon trouble causé par l'évidence des discours de Soral ou Zemmour est de cet ordre. À leur écoute, je régresse dans mon Imaginaire de  [♲]𓂀 à [⚤]𓂀 où les nécessaires mutations  du Sujet 𓁝𓁜 entre Yin/ Yang, formant la substance même du mouvement, se réduisent à des dichotomies statiques mâle/ femelle, intérieur/extérieur...

- Et donc, leur succès tiendrait à cet écho chez leurs auditeurs ?

- C'est mon hypothèse, reste à comprendre pourquoi certains s'y complaisent...

À la réflexion, il m'apparaît clairement ce matin, qu'il faut analyser l'Imaginaire de ces deux personnages avec les outils de l'anthropologue, comme Lévi-Strauss a étudié Jivaros et Caduveos.

- Il faudra malgré tout revenir au champ politique actuel...

- Nous allons le faire de façon très simple en partant des hypothèses suivantes (qui ne sont pas neuves pour nous, voir "L'Homme Quantique") :

1/ Dans les cultures archaïques, l'éducation des Sujets est essentiellement transcendante : tout s'explique dans l'environnement (la nature, la société) par le haut en référence aux divinités et aux "grands anciens", qui forment le Symbolique de la tribu. En ce sens, il n'y a aucun contact avec le Réel tel que le comprendrait un cartésien: tout fait sens, rien ne reste inexpliqué.

Nous sommes dans la partie ([⚤]𓁝⇅𓁜[#]𓁝⊥𓁜[♲]𓁝⇆𓁜)𓂀 de l'Imaginaire;

2/ Parmi les 3 "axes" que nous avons identifiés au niveau [♲] celui de "liberté" individuelle, synonyme d'incertitude pour le groupe, est complètement occulté. Pas de cogito, pas de liberté, pas de hasard, pas d'histoire, pas d'évolution. Le seul horizon historique est celui des "grands anciens", hors temporalité.

  • L'objectif de la tribu est de "survivre" dans un environnement toujours identique à lui-même : c'est une valeur de "conservation";
  • Le principe élémentaire de classement est la dichotomie en [⚤], répondant à une exigence de "symétrie".
  • La résolution des contradictions logiques découlant des classements dichotomiques passe par la pensée mythique, avec la mise en oeuvre de la forme canonique; ce qui conduit progressivement à la structuration sociale en [#] (i.e.: chez les Jivaros, parmi les femmes il y a celles qui sont "femmes⊥potières").

3/ Les individus ne se définissent que par leurs appartenances (tribu, totem, fils ou parent d'untel, classe d'âge, etc.). L'individu ne se pense pas comme "Sujet indépendant".

4/ L'échange des femmes est la question centrale, liée à la conservation de la tribu. Le mélange des ascendances, nécessaire à cette pérennité conduit soit à :

  • Des échanges femmes/ contre-valeurs entre tribus ;
  • Des guerres d'appropriation entre tribus;
  • Des structures d'échanges bien définies entre sous-groupes ou lignées familiales au sein de la tribu (exemple : groupe de Klein)..

- Si je te suis bien : le lien entre les discours de Soral ou Zemmour et cette pensée archaïque tiendrait à une focalisation identique sur les deux valeurs de "conservation" et "symétrie" ?

- Oui, cela me semble une façon extrêmement simple de retrouver des connivences entre d'autres approches qu'il serait difficiles autrement de caractériser.

- Par exemple ?

- La façon de penser la femme comme un bien à échanger ou à garder, liée à la  grande misère sexuelle qui en découle pour les deux sexes, me semble le produit caractéristique d'une pensée focalisée sur ces deux axes, au point d'en être un marqueur très fiable

Sans remonter à des structures sociales aussi archaïques que celle des chimpanzés observées par Frans de Waal ou celle de nos tribus primitives, les trois religions du Livre, sont à cet égard très significatives...

- Je vois à peu près les lignes de développement que tu envisages, mais que dire de l'homophobie ?

- Le vieux terme "d'inverti" repris par Soral l'exprime très bien : sa conduite brouille les repères :

  • il perturbe la belle symétrie entre mâle et femelle;
  • de plus il ne participe pas à la conservation du groupe.

Par contre, il est plutôt perçu, par une gauche focalisée sur l'axe de la liberté, et soucieuse d'𓁝émancipation, comme synonyme de mouvement, facteur de changement, de mode, d'évolution etc.

- Soit, mais faut-il revenir à ces considérations anthropologiques au sujet de Soral et Zemmour ?

- Oui, parce que cela aide à comprendre que leur pensée puisse être attractive auprès de gens en quête de repères. En réaction à une évolution qui paraît pour beaucoup comme anarchique et hors de contrôle, il est rassurant de se replier sur une structure stable et ordonnée. Leur audience serait alors le signe d'une régression  chez leurs auditeurs, qu''il faudrait comprendre comme un besoin de protection face aux incertitudes du Monde...

En résumé :

  • Conservation et symétrie renvoient à une société tribale sans histoire ou "froide" pour reprendre le terme de Lévi-Strauss;
  • Liberté renvoie à l'histoire :
    • l'émancipation individuelle des Sujet (et donc son évolution)
    • la critique sociale (et donc le mouvement social)

Bien entendu, il s'agit d'un schéma plus tranché que la réalité : il n'y a pas de vie possible en l'absence totale de l'une des trois composantes. Un jeu résiduel existe toujours au sein d'une tribu archaïque, de même que la liberté ne signifie rien sans conservation du groupe ni quelque encadrement ; "ta liberté de jouer de l'épée s'arrête au bout de mon nez".

Je te propose de revenir au texte de Corcuff, avec en tête cette simple grille d'analyse.


Le 21/04/2021 :

Alain Soral et Éric Zemmour deux variantes de l'ultraconservatisme à la française:

Soral :

Corcuff pointe en premier le confusionnisme de Soral comme une récupération de thèmes de gauche dans son discours :

"Le site Égalité et réconciliation proclame ainsi en Une comme caractérisation principale "Gauche du travail, droite des valeurs. Pour une réconciliation nationale". p. 237

La première chose à comprendre, c'est que l'égalité revendiquée ici est celle du comptable, dans un discours de niveau limité à [⚤]𓂀, et non celle de l'Autre vu comme un semblable en [♲]𓂀. Et donc lorsqu'il s'agit de "travail", il faut comprendre cette égalité comme celle qu'Adam Smith accorde à tous devant l'Éternel : chacun pour soi et Dieu pour tous, que l'on retrouve dans le capitalisme. C'est également l'égalité des camarades soumis à la "loi du parti". D'un Dieu source d'espérance pour un Sujet ([♲]𓁝⇆𓁜[∅])𓂀 on passe à une dialectique du pouvoir entre celui qui dicte la loi 𓂀1, et celui 𓁝qui y est soumis  (𓁝2[♲])𓂀1. L'égalité dont il s'agit s'exprime ici au niveau ([⚤]𓁜2)𓂀1

  • Dans ce contexte restrictif limité à [⚤]𓂀, la revendication "liberté" et "travail de gauche" est cohérente.
  • Quant à la revendication des "valeurs de droite" , il s'agit bien entendu de nos principes de "conservation" et de "symétrie" en [♲]𓂀.

L'arnaque tient à l'emploi dégradé du concept de liberté, ici l'indifférence des brebis au regard du loup, en lieu et place d'un concept de liberté♲ vu comme l'articulation entre un progrès social, découlant d'une pratique critique, et une émancipation individuelle.

- Ça me semble plus précis que "confusiannisme".

- Oui. On ne peut pas se contenter de recouvrir un défaut d'analyse par un terme aussi vague. La lutte demande des armes plus tranchantes.

- Tu a parlé de capitalisme, mais Soral ne s'en réclame pas.

- Parce que l'égalité en question se limite aux membres de la tribu. C'est la grosse différence. Cela se rapproche plus de l'égalité des camarades au sein de la cellule du parti. Mais dans les deux cas, il s'agit de concepts de niveau [⚤]𓂀.

Zemmour :

Il se réclame d'une "tradition politique très ancienne : "le gallo-bonapartisme [...] de Bonaparte et le général de Gaulle à Philippe Séguin et Jean-Pierre Chevènement"". p. 237.

Là c'est facile à identifier :

  • il 𓁝2 est soumis au "docteur de la loi " 𓁜1(𓁝2[♲]𓁜1 )𓂀;
  • et s'exprime en prenant sa place : (𓁝2[♲]𓁜1 ⏩[♲]𓁜2)𓂀.

La valeur commune à tous ces "docteurs de la loi", c'est un principe de conservation de la tribu "France". Mariane est alors sanctifiée, aux côtés de Jeanne d'Arc, et Zemmour se porte en héraut de la belle dame. Dans ce contexte, qu'il tente de réhabiliter Pétain ("je fais le don de ma personne") n'a rien d'étonnant...

Transversalité :

Je ne suis pas fan du terme. Il me semble plus simple de "remonter à la source", en l'occurrence un même repli sur une pensée archaïque focalisée sur les deux axes de conservation(vu comme dichotomie Nation/ extérieur) et de symétrie (menant à l'ordre).

Nous avons vu plus haut la différence entre l'antisémitisme de Soral et la xénophobie de Zemmour comme relative à leur point de vue.

  viril féminin
Soral  Aryen (Poutine)  Juif
Zemmour Noir, Arabe Europe
  • Soral parle de l'ordre intérieur avec le Juif comme bouc émissaire;
  • Zemmour parle de l'extérieur comme d'une menace.

La différence d'approche semble liée à leurs histoires respectives.

Soral n'a pas à chercher sa place : il est "évidemment" Français. Mais le trauma déclencheur de son antisémitisme semble dû au sentiment d'avoir été victime d'une injustice (note 1) commise par un Juif à son encontre. Son ressentiment se situe donc à l'intérieur du groupe, et le sentiment d'injustice ou de "désordre" renvoie à un besoin de symétrie.

Pour Zemmour, il en est tout autrement: il se définit comme un "Français d'origine Berbère" son nom, Zemmour, signifiant "olivier" en cette langue, il a connu enfant le rapatriement d'Algérie. Il est donc 3 fois "étranger" :

  • Comme Berbère face à l'arabisation de l'Algérie;
  • Comme rapatrié d'Algérie, pièce rapportée en France,
  • Comme Séfarade, légèrement méprisé en France par les Ashkénazes.

Par ailleurs, après deux échecs au concours de l'ENA, il peut se sentir légèrement en retrait par rapport à sa femme qui connaît une carrière brillante. Enfin, son physique de gringalet le porte certainement plus que Soral à une carrière intellectuelle et donc à survaloriser l'influence de sa femme sur lui...

Dans ces conditions, il ne faut pas une grande imagination pour faire l'hypothèse d'un mécanisme de compensation dans cette posture de "mâle Français" assiégé par des hordes Arabo-Musulmanes et de Noirs membrés comme des taureaux. 

L'important c'est "d'en être", en se revendiquant haut et fort comme défenseur de la tribu : si je crie plus fort que les autres, ont ne me verra pas comme le mouton noir du troupeau. L'axe privilégié est ici, avant tout, celui de la conservation de la tribu.

En résumé, la différence entre nos deux compères serait de cet ordre :

  conservation

symétrie

Soral mineur majeur
Zemmour majeur mineur

- Était-il nécessaire de s'intéresser aux biographies de ces deux personnages?

- Prends-le comme un exercice, qui nous a permis de situer plus finement leurs deux points de vue par rapport aux deux axes sur lesquels se déploient leurs discours, ce qui nous permet de resserrer théoriquement notre approche :

  • La "formation discursive" ou "formation idéologique" (de Michel Foucault) se ramène essentiellement en [♲]𓂀 à nos 3 "axes" de développements repérés par :
    • Liberté
    • Conservation
    • Symétrie
  • Les  "idéaux types" de Max Weber se tissent entre certains des axes de notre tryptique;

Le concept de Ma 間 Japonais, comme espace commun qui lie et sépare les différentes idéaux types dans un espace commun à une "famille", serait peut-être utile. 

En l'occurrence, le  Ma 間 commun aux discours de la "famille" droite et d'extrême droite, leur permettant d'exprimer leurs "idéaux types", serait tissé entre les deux axes: 

  • Conservation
  • Symétrie

 

Cette mise au point faite, nous pouvons revenir à la caractérisation de cet espace commun proposée par Corcuff (p. 242)

  • Le genre comme "nature" : nous en avons parlé, en particulier de l'homosexualité vue comme facteur de désordre;
  • L'obsession de l'identité, vue comme l'expression en [⚤]𓂀 comme expression du principe de conservation en [♲]𓂀,
  • L'opposition entre "social" plus masculin, du côté du "vrai peuple" et "sociétal", plus féminin, du côté des bobos ou "bourgeois bohèmes".

Ce dernier point me semble intéressant : il s'agit d'aplatir en [⚤]𓂀 dans la dichotomie masculin/ féminin, une différence de posture 𓁝 𓁜 Permettant le mouvement avec le "vrai peuple" 𓁜 tourné vers le Réel opposé au rêveur bobo tourné vers des chimères 𓁝. Le procédé est à rapprocher de l'exécration de l'homosexuel subvertissant le classement dichotomique homme/ femme.

  • La purification du "vrai peuple" de ses éléments supposés "allogènes"; tient à un souci d'ordre et d'égalité au sens d'interchangeabilité entre les membres de la tribu (comme les éléments d'un ensemble en maths);
  • Le "vrai peuple" forme une tribu (ici la France" opposée au reste du Monde; le principe de conservation en [♲]𓂀 s'exprime en [⚤]𓂀 en termes d'opposition "intérieur/extérieur";
  • "La marginalisation politique des individus, en tant que singularité [...] accompagnée de la dénonciation de l'"individualisme" etc. Il faut y voir ici l'effet de l'occultation du 3e concept de liberté en  [♲]𓂀, associé à une "égalité" de comptable au niveau [⚤]𓂀 exprimant un soucis de symétrie.
  • La valorisation des génies, grands hommes et chefs (au-dessus du peuple). C'est dire que les individus sous soumis 𓁝2 au docteur de la loi 𓁜1, i.e.: (𓁝2[♲]𓁜1)𓂀.

Corcuff estime, en conclusion, que la réappropriation du terme de "peuple", "héritage historique de la gauche depuis la Révolution française" est l'un des enjeux politico-symboliques de cette variante de l'extrême droite. Je pense que nous serons amenés à en discuter ultérieurement.

De l'imbrication du racisme, du sexisme et de l'homophobie :

Nous en avons parlé en introduction.

Postures cognitives et formes narratives supportant l'ultraconservatisme :

Corcuff récapitule p. 247 :

  • L'essentialisme : c'est à la base même du repli archaïque sur un principe "conservatif";
  • Une trame narrative conspirationniste. Cela tient à deux phénomènes concomitants :
    • La régression archaïque fait appel au mythe pour expliquer le Réel;
    • La posture de "docteur de la loi"  [♲]𓂀 implique que le docteur en question face justice et dise le droit sur tous les cas qu'on lui soumet.
      • C'est vrai pour les religions du Livre, avec le Pape, le Rabbin ou le Mollah, intercesseurs entre Dieu et les hommes,
      • C'est vrai également dans la société civile où le juge doit trancher (sinon, il se rend coupable d'un déni de justice).

Je ne l'ai peut-être pas encore suffisamment explicité, mais si au niveau archaïque la "conservation du mouvement" n'est pas conceptualisée, faute d'incertitude ou "jeu" dans la mécanique en [♲]𓂀, avec comme seul horizon temporel le "temps des grands anciens", l'expression mythique en [⚤]𓂀 se fait sous forme de récit avec un temps narratif  (i.e.: que je représente par ⏩ dans mes schémas) de niveau [⚤]𓂀, (le même que le nôtre), où l'opposition avant/ après renvoie à cause/ conséquence. En d'autres termes, le récit sert de justification causale.

La grande supériorité du mythe (fertile) sur le complot (stérile) tient à une différence de posture des conteurs :

  • Le mythe reste  "ouvert" ([♲]𓁝⇆𓁜[∅])𓂀;
  • Le complot est "fermé" par le docteur de la loi ([♲]𓁝⇆𓁜[∅])𓂀
  • "Un privilège est accordé à un doute présenté comme illimité face à ce qui est stigmatisé comme des "vérités officielles". Nous y avons vu la posture classique de l'ado qui s'oppose à la figure du père, jusqu'à ce qu'il arrive à prendre sa place : c'est une attitude somme toute classique.

- Il y a malgré tout, des faits incontournables !

- Non, pas dans une pensée archaïque coupée du Réel et de toute démarche empirique ou immanente. Les mystères de la nature, qui sont récupérés dans les sociétés primitives grâce à la pensée mythique, ne peuvent ici qu'être niés dans une pensée fermée.

  • La posture dite du "politiquement incorrecte". Dans une pensée "essentialiste", basée sur des dichotomies⚤, "les ennemis de mes ennemis sont mes amis", et le tout amalgamé sous forme d'une essence positive : le "politiquement incorrect".
  • La diabolisation des médias : quoiqu'ils fassent ils ne peuvent qu'être la bête à abattre :
    • S'ils tentent une remontée d'informations ↑ du terrain; ils ne sont pas audibles, puisque tout descend du docteur ↓ de la loi !
    • S'ils cherchent à pondérer les oppositions entre "politiquement correct" et "politiquement incorrect", ils sortent du niveau [⚤]𓂀 où se développe le récit complotiste, le seul audible.

Ouf, ce fut beaucoup de temps consacré à ces deux personnages, mais cela nous a permis de tester et d'affûter nos outils d'analyse.

Hari

Note 1 :

Par curiosité, j'ai jeté un coup d'oeil sur sa biographie, un vrai festival !

J'ai noté au passage :

  • une mère passive et un père brutal; ("Quand on regarde les drames familiaux il n’y a que des monstruosités" dixit sa soeur);
  • une expérience homosexuelle adolescente;
  • il s'est fait "baiser" par un Juif, co-auteur de leur livre "les mouvements de mode expliqués aux parents";
  • enfin, cette orientation "par défaut" vers la mode, à la remorque d'une femme, sa soeur actrice et branchée, cadre mal avec l'idée qu'on se fait de l'Aryen dominateur... Quoi de mieux qu'un vêtement pour habiller un manque ?

Quant à sa période de drague, un poème : 

"...par ce travail de séduction à capter un peu de plus-value extorquée des parents de la riche aux parents du pauvre. Pour moi il y avait un côté lutte de classes. Et moi je le dis à un moment donné, au bout de mon parcours de dragueur, j’ai pas seulement écrit un livre je suis rentré au Parti communiste; et pour moi c’était totalement lié."

- Mais comment a-t-on pu en arriver à devoir discuter de ce clown comme d'un maître à penser susceptible d'avoir une influence sur l'évolution politique en France ???

- La question qui nous importe ici est l'inverse : qu'est-ce qui peut amener des citoyens Français à lui accorder crédit...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article