Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sur les traces de Lévi-Strauss, Lacan et Foucault, filant comme le sable au vent marin...

L'Homme quantique

La querelle des Universaux - Alain de Libera / Notes de lecture #3

Nota : La signification et l'usage de mes glyphes, comme le schéma général de l'Imaginaire du Sujet, sont présentés ici: "Résumé"

([∃]𓁝⇅𓁜[⚤]𓁝⇅𓁜[#]𓁝⊥𓁜[♲]𓁝⇆𓁜[∅])𓂀

J'ai situé certains concepts Japonais, tels que Mu 無, Ma/Aïda 間, espace
空間 et temps 時間 dans cette grille de lecture, ici : "L'espace-temps / Ma"

([∃]𓁝⇅𓁜[時間]𓁝⇅𓁜[空間]𓁝⊥𓁜[間]𓁝⇆𓁜[無])𓂀

Pour le schéma développé de l'imaginaire voir: "Mettre un peu d'ordre dans sa tête"

𓂀          
  [∃] [⚤] [#] [♲] [∅]
  [∃] [⚤] [#] [♲] [∅]
  [∃] [⚤] [#] [♲] [∅]
  [∃] [⚤] [#] [♲] [∅] 

- Nous en étions à la fin de l'introduction de l'ouvrage (ici) d'Alain de Libera, au moment où il veut nous prévenir contre trois difficultés dans l'appréhension de la problématique des universaux :

"Avant d’entamer la longue geste de l’universel, qui correspond à la longue marche de la philosophie d’Orient en Occident, il nous faut préciser davantage les trois phénomènes fondamentaux qui déterminent tout le processus :

  1. la formulation paradoxale du problème des universaux chez Porphyre ;
  2. le lien conceptuel qui unit la problématique des universaux à la doctrine des catégories à laquelle l’Isagoge est censée introduire ;
  3. les structures platoniciennes qui encadrent, d’un bout à l’autre du Moyen Âge, le déploiement de la pensée aristotélicienne sur le terrain des universaux :
    1. 􏰇a􏰈 l’argument du Ménon, discours protofondateur de tous les réalismes,
    2. 􏰇b􏰈 la théorie des Formes éponymes qui parasite en secret l’aristotélisme." p. 39

Porphyre, ou le métaphysicien malgré lui :

Le paradoxe de Porphyre :

"Étant donné qu’il est nécessaire, Chrysaorios, pour apprendre la doctrine des Catégories telle qu’on la trouve chez Aristote, de savoir ce que sont genre, différence, espèce, propre et accident, et que ce savoir est nécessaire pour déterminer les définitions et, d’une manière générale, pour tout ce qui concerne la division et la démonstration, dont l’étude est fort utile, je t’en ferai un bref exposé, et j’essaierai en peu de mots, comme en une sorte d’introduction, de parcourir ce qu’en ont dit les anciens philosophes, en m’abstenant de recherches trop approfondies, et en ne touchant même qu’avec mesure à celles qui sont plus simples.

Et tout d’abord, en ce qui concerne les genres et les espèces, la question de savoir

  1. si ce sont des réalités subsistantes (􏲅􏲁􏲇􏱻􏰆􏲓􏲆􏱶􏱴...) en elles-mêmes ou seulement de simples conceptions de l’esprit (...) et, en admettant que ce soient des réalités substantielles,􏰇
  2. s’ils sont corporels ou incorporels,
  3. si, enfin, ils sont séparés ou ne subsistent que dans les choses sensibles (􏲄􏱴...􏰅􏲐􏱻􏲉􏲓􏰆􏱵􏲕􏱹) et d’après elles, j’éviterai d’en parler : c’est là un problème très profond et qui exige une recherche toute différente et plus étendue (trad. Tricot, p. 11)." p.41

- J'avoue qu'il y a là de quoi se perdre !

- Procédons pas à pas, et c'est d'autant plus facile que de Libera nous tient la main.

La question 1 :

Tout d'abord, cette grille de lecture genre, différence, espèce, propre et accident, est néo-platonicienne, ce qui situe d'emblée l'horizon philosophique de Porphyre.

Ensuite, dans ce contexte néo-platonicien, la discussion concernant les genres et les espèces :

"La question 􏰇1􏰈 s’inscrit dans le cadre d’un premier aspect du débat d’Aristote avec Platon :

  • les genres et les espèces ont-ils une existence réelle («subsistance») au titre de formes séparées ou
  • existent-ils seulement dans l’esprit du sujet connaissant" p. 42

J'avoue ma grande difficulté à d'appréhender ce concept de "subsistance", et je ne dois pas être le seul dans ce cas, puisque l'auteur y consacre une longue note, que j'ai également du mal à comprendre.

Il y a déjà une façon générale de raisonner qui amène à une écriture "si / sinon", qui rappelle celle des routines en Pascal, pour qui se souvient des langages informatiques. Autrement dit, les auteurs dont on parle sont en [⚤]𓁜, l'auteur final étant lui-même dans cette posture [⚤]𓂀 (limité au mode ♧). Pour mémoire ⇅ rappelle le type de répétition en [⚤], allant avec l'aspect discret des objets, la notion d'ordre et la logique du 1er ordre (autrement dit un automatisme de répétition au sens freudien du terme).

Dans ce langage, je distingue une opposition primaire : "être ou ne pas être", que l'auteur fait remonter à Parménide :

"rappelle celle par laquelle Parménide aborde le problème de l’unité de l’un." p. 42

- Alors que pour toi, l'existence est au plus près du Réel, n'est-ce pas ?

- Oui, nous partons de la perception traumatique du Réel ([∃]𓁜)𓂀, que nous identifions (ou nommons) ensuite :
 ([∃]𓁝⇅𓁜[⚤]⏩[∃]𓁝⇅𓁜[⚤]⏩[⚤]𓁜)𓂀⇅ (Pour mémoire: la "prise de conscience" proprement dit étant le saut 𓁝[⚤]⏩[⚤]𓁜 correspondant à la rencontre entre l'intention de dire 𓁝 et l'expression déjà là 𓁜) et ce processus de perception, immanent, fait "exister", pour le Sujet, l'objet dont il "prend conscience" en le dénotant.

Je m'aperçois du coup qu'il me faut revenir à Parménide pour vérifier si nous parlons bien de la même chose, car a priori "l'unité de l'un" me fait plutôt penser à l'unité divine, ou la "causa sui" de Spinoza, du style ([♲]𓁝⇆𓁜[∅])𓂀. Si je me reporte à Wikipedia (L'un) je trouve ceci :

"Dans le dialogue du Parménide, l'Un est le principe d'unité sous-jacent à la multiplicité des Idées et des phénomènes. Platon envisage trois hypothèses :

  • Hypothèse 1. L'Un, c'est l'Un, il échappe à l'être et à la connaissance comme à la parole : il ne peut pas être quelque chose de plus qu'Un, car alors il serait multiple, et de ce fait il n'est même pas. Cet Un absolu, qui ne participe pas à la substance des choses, a particulièrement fasciné les néoplatoniciens.
  • Hypothèse 2. L'Un, il est, c'est l'être, il est donc multiple, il accepte tous les contraires, mais il est connaissable et on peut tout en dire.
  • Hypothèse 3. L'Un est et n'est pas, il change, il est instant." Wikipedia

Comme tu le vois,

  • L'hypothèse 1 renvoie à ([♲]𓁝⇆𓁜)𓂀, en shuntant [∅] puisque l'objet initial vide n'est pas conceptualisé.
  • L'hypothèse 2 est beaucoup plus subtile : il accepte tous les contraires, mais il est connaissable. L'idée qu'une "chose" subsiste en "acceptant tous les contraires", me fait penser que nous changeons de mode : on passe d'un mode "objectif" ♧ à "relationnel" ♢. Par ailleurs, la chose en question est "connaissable" et donc nous nous trouvons en 𓁜. Autrement dit, H2 marque une évolution par rapport à H1, correspondant à un changement d'objet final (pour nous):
    ([♲]𓁝⇆𓁜[∃]𓁝⇅𓁜)𓂀. J'attire l'attention sur la posture de l'auteur 𓂀: il exprime comme une évolution (historique, séquencée, avec ⏩) de mode ♧, une expression H2, qui n'est plus liée au temps, ou à la causalité d'une logique du 1er ordre. C'est dire que nous ne portons notre attention que sur la partie historique du processus, en laissant de côté beaucoup de ce qui reste, en cette posture, indicible... En particulier "il accepte tous les contraires" renvoie à la persistance des liens lorsque l'on modifie la valeur des "objets" mis en rapports, correspondant à une logique de niveau [⚤]𓂀.
  • L'hypothèse 3 renvoie à l'objet initial vide, considéré en posture ex ante: ([♲]𓁝⇆𓁜[∅])𓂀.

Ceci dit, dans H1 et H3, passer de l'Unicité au multiple passe par une démarche de second ordre (selon Spinoza) ou transcendante, alors que l'H2 en "collant" ou ramenant le Symbolique  au Réel de mode supérieur  fait court-circuit (l'idée étant que le Sujet parcourt son Imaginaire [∃][⚤][#][♲][∅] en rebouclant [∃] et [∅] comme un ruban de Moebius). En tout état de cause, le Sujet ne peut "prendre conscience" d'une multiplicité qu'en [⚤].

- C'est bien joli, et je vois que tu t'amuses, mais qu'en retires-tu ?

- Ceci confirme mon a priori : la question "être ou ne pas être" se pose bien en posture ([♲]𓁝⇆𓁜[∅])𓂀, quand l'"existence" d'un objet "sensible", appréhendable par les sens, est en posture ([∃][⚤]𓁜)𓂀.

- Et c'est important ?

- Ça m'évoque le concept de "substance", qui a complètement disparu de la physique moderne. Personne de nos jours se risquerait à parler de la "substance des choses". On peut tout au plus parler de "mesurer" certaines "quantités conservées", pour retomber sur des mesures de fréquences, point barre. Il est donc extrêmement difficile de se mettre dans la tête des gens à cette époque pré-Galiléenne !

Et là, franchement, avec ses références grecques non reproductibles, de Libera nous entraîne loin de chez moi ! Il s'attache en premier au verbe "ύφίστασθαι" qui offre deux versions latines :

  • subsistere
  • substare

"... qui renvoient à des schèmes conceptuels différents, où platonisme et stoïcisme mêlent ou contrarient inextricablement leurs influences. Nous assumons ici que ύφίστασθαι signifie «exister réellement», i.e. véritablement, au sens des Idées platoniciennes, non au sens des choses singulières. Le sens stoïcien d’􏲅􏲁􏲐􏱻􏰆􏰅􏱻􏲉􏰅􏲀ύφίστασθαι , si fortement opposé à l’idée d’existence réelle (au sens courant du terme : celui de la réalité extramentale) que certains interprètes le rapprochent du bestehen de Meinong («subsister», par opposition à «exister», existieren), nous paraît moins plausible, même si l’opposition entre la subsistance de l’«incorporel» et le vide du concept purement fictif ne peut être exclue a priori de l’horizon de compréhension du premier «problème» de Porphyre. La présence stoïcienne semble, toutefois, plus évidente dans le deuxième «problème». En tout état de cause, c’est à articuler le différend Platon-Aristote que l’Isagoge a trouvé sa place dans la tradition interprétative, et c’est cette fonction qui, seule, nous intéresse ici." note p. 42-43

J'en retire l'idée que:

  • L'existence réelle, au sens des idées de Platon, s'inscrit dans un processus transcendant (le Menon) :

(([♲]𓁝⇆𓁜[∅])⏩([♲]𓁜))𓂀

  • L'existence "commune des choses réelles", pour reprendre le vocabulaire de l'auteur, se situe dans un processus immanent à l'autre bout de l'Imaginaire:

(([∃]𓁝⇅𓁜[⚤])⏩([∃]𓁝⇅𓁜[⚤])⏩([⚤]𓁜))𓂀

La première est attachée à un principe unitaire (soit en , soit en [∅]), l'autre de l'ordre du multiple (et du dénombrable plus précisément) en [⚤], après identification d'une répétition du même.

- OK, tu nous évites un contresens quant à l'emploi du mot "existence", qui dans notre approche est directement lié au "il existe" symbolisé par le ∃ des matheux au niveau traumatique [∃], coincé entre le Réel ☯ et son identification en [⚤]; et si tu avançais un peu ?

- Oui, revenons à ceci :

"La question 􏰇1􏰈 s’inscrit dans le cadre d’un premier aspect du débat d’Aristote avec Platon :

  • les genres et les espèces ont-ils une existence réelle («subsistance») au titre de formes séparées ou
  • existent-ils seulement dans l’esprit du sujet connaissant" p. 42

Si j'ai bien compris, il est question de savoir si, les idées, dont nous venons de suivre la genèse (([♲]𓁝⇆𓁜[∅])⏩([♲]𓁜))𓂀 ont une "subsistance", ou sont juste dans la tête du Sujet. Note bien que l'on parle de "subsistance" et non de "substance" qui m'est venu spontanément à l'esprit.

Or tout ceci est très ambigu :

- Je ne te suis plus ?

- Subsistance renvoie à un principe de conservation, nous revoici avec Noether, mais au sens où, par exemple, un "volume d'eau" se conserve lorsque tu le transvases. Tu ne le "vois" jamais, mais il est enserré par une peau, une surface, et les groupes d'homologies cernent très bien cet aspect des choses. Au point que l'objet en topologie se définit par ses trous, les vides de sa structure. Mais pour approcher ainsi la "conservation" en [♲], il faut passer par le niveau catégorique [#] qui manque ici ! (Note du 11/11/21)

Et en corollaire, tu dois comprendre les "idées subsistantes" comme les "parties" (et non les éléments) d'un tout ! Les "formes séparées" dont parle de Libera ne peuvent apparaître à ce niveau que comme un découpage d'un "Tout", qui assure son unité au niveau 𓁝⇆𓁜[∅].

- D'où des tas de questions auxquelles les Anciens ne pouvaient absolument pas répondre !

- Je vois surtout que nous avons cherché les voies pour y répondre !

- C'est-à-dire ?

- Que tous nos développements s'attachent à boucher les trous détectés par nos anciens, leurs apories! Nous ne pouvons pas nier la filiation d'une pensée européenne.

- Soit, mais pour en revenir à l'alternative :

  • les genres et les espèces ont-ils une existence réelle («subsistance») au titre de formes séparées ou;
  • existent-ils seulement dans l’esprit du sujet connaissant". p. 42

Quelle est l'opposition fondamentale ?

- Pour nous, ici et maintenant, il n'y en a pas, et je pense que l'option "existent-ils seulement dans l’esprit du sujet connaissant" est purement académique : de quel "Sujet connaissant" parlons-nous ? De toi ou de moi ? ou d'un tiers ? Et s'il s'agit d'une "idée" chez moi, puis-je la "partager" avec toi, sans qu'il y a un "au-dehors" qui la porte. Nous retrouvons ici le concept japonais de "Ma" [間], que j'ai associé à notre [♲]. Il faut une espérance ou une transcendance commune pour "partager" quoi que ce soit : 𓁝[∅].

- Pourtant la question est posée.

- C'est une question binaire, de niveau ([⚤])𓂀, portant sur un objet de niveau ([♲])𓂀, il est sûr que tu ne peux pas obtenir de réponse satisfaisante à une approche aussi bancale !

Ça nous renvoie à Wittgenstein : les problèmes philosophiques tiennent à des questions de langage !

- Autrement dit, tu jettes l'éponge... 

- Effectivement, je n'arrive pas à me mettre à la place d'un Sujet pour qui le choix aurait un sens.

- Essaie encore une fois...

- À l'extrême limite, je peux imaginer que :

  • Le mouvement ([♲]𓁝⇆𓁜[∅]⏩[♲]𓁝⇆𓁜[∅])𓂀(le niveau [∅] pouvant être élidé) conduit de l'Un au multiple, mais d'un "multiple" comme parties du "Tout unique", comme chez les Hébreux la loi Mosaïque (en 613 commandements) procède de Yahvé ;
  • L'autre branche de l'alternative consiste à nier le niveau , le Sujet étant juste auteur de lui-même: ([♲]𓁜)𓂀...

Mais, comme tu le vois, genre et espèce se sont évaporés en chemin...

- OK, gardons ceci, et passe à la suite.

- Poursuivons donc :

  • La première branche de l'alternative correspond à la "théorie platonicienne des idées", bon pas de problème : nous retrouvons le Menon.
  • La seconde branche "correspond en partie à la thèse aristotélicienne standard qui fait de l’universel un concept «postérieur aux choses dans l’ordre de l’être». Autrement dit, Aristote est dans une approche purement immanente, et l'accession du Sujet à l'idée en ([♲]𓁜)𓂀 marque la fin du processus.

Avec toutefois un petit bémol dans ce mouvement "purement" immanent :

"La présentation du concept «aristotélicien» reste, néanmoins, codée dans un vocabulaire néoplatonicien, comme en témoigne l’expression de «simples conceptions de l’esprit», qui renvoie à une distinction technique, non aristotélicienne, entre

  • concepts authentiques – «notions de réalités» –
  • et concepts fictifs – «notions sans corrélat réel» .

Là c'est assez simple :

  • les concepts authentiques se dégagent d'un mouvement immanent (à partir du Réel )
  • les concepts fictifs procèdent d'un mouvement transcendant (à partir du Symbolique )

En précisant "simples conceptions de l’esprit", Aristote indique clairement qu'il a connaissance des deux approches, et néglige volontairement l'une d'entre elles, ce qui le situe ipso facto dans un cadre platonicien, CQFD ! Merci M. de Libera.

La question 2 :

"La question 􏰇2􏰈, qui part de l’existence (subsistance) réelle des universaux, pose en langage stoïcien le problème de la nature de ces existants (subsistants) : s’agit-il d’êtres incorporels ou d’êtres corporels ?" p. 44

Nous sommes donc dans une approche platonicienne des idées, et je retrouve ce redoutable concept de "corps".

- Tu avais déjà lu "substance" quand l'auteur parlait de "subsistance"... Faut-il faire ton analyse en prenant ce texte comme canapé ?

- J'en ai peur. L'alternative de "subsistance" corporelle ou incorporelle me renvoie au mystère de l'Eucharistie de mon enfance, tremblant à l'idée de manger "le corps du Christ", tiraillé entre un père Protestant et une mère Catholique ! (je dramatise pour faire genre : tout se passait très bien avec mes parents, et notre famille n'était pas religieuse).

Avec le recul, je pense qu'il faut poser ainsi le problème :

  • Dans une approche immanente, partant de [∃]𓁜 pour aboutir à [♲]𓁜, le Sujet démarrant ex post pour aboutir à ex post, le discours dénote ce qu'il voit, puis conceptualise,
  • Dans un mouvement transcendant, partant d'une position ex ante 𓁝[∅] pour aboutir à la même posture ex post [♲]𓁜, le Sujet ne peut que connoter l'objet Symbolique de son discours, c'est ce que remarque Lévi-Strauss dans la pensée mythique.

Or, donc, si nos "subsistants" sont bien accrochés en [♲]𓁜, comme nous venons d'en discuter, la façon d'y arriver, soit à partir de  𓁜, soit à partir de 𓁝[∅] nous permet de distinguer entre :

  • Subsistants corporels (𓁜⏩[♲]𓁜)𓂀;
  • Subsistants incorporels (𓁝[∅]⏩[♲]𓁜)𓂀.

Je crois qu'ainsi je ne trahis personne. Ensuite nous arrivons à ceci :

"Les stoïciens admettant quatre sortes d’incorporels – le lieu, le temps, le vide et le λεχτόν􏲌􏱶􏲆􏰆􏲍􏱴, c’est-à-dire l’« exprimable », ce que les médiévaux appelleront l’« énonçable » (enuntiabile) –..."

Je m'émerveille de trouver associés chez les Stoïques le lieu, le temps, le vide et l’«exprimable». Ce sont très précisément les concepts qui structurent nos différents niveaux Imaginaires, comme nous l'avions déjà vu au Japon !

Niveau Imaginaire Orient Occident
[∅] [無] Mu vide
[♲] [間] Ma Les idées Platoniciennes
[#] [空間] (récent : Meiji) le lieu
[⚤] [時間] (récent : Meiji) le temps/ l'énonçable

- Pas terrible ton tableau, il y a beaucoup de trous. Je croyais que le niveau [#], avec la notion d'appartenance, était ignoré ? Et puis s'agit-il de l"exprimable" comme capacité de discourir en [⚤], ou celle de former des concepts en [♲]?

- Oui ce manque à penser [#] fait question (note 1); mais en ce qui concerne l'énonçable, il faut lire la suite, avant de revenir à notre tableau.

"Les stoïciens admettant quatre sortes d’incorporels – le lieu, le temps, le vide et le λεχτόν􏲌􏱶􏲆􏰆􏲍􏱴, c’est-à-dire l’« exprimable », ce que les médiévaux appelleront l’« énonçable » (enuntiabile) –, on bute, sous une autre forme et dans un autre registre onto-logique, sur une contradiction implicite aux deux thèses opposées en 􏰇1􏰈.

L’«exprimable» est en effet un être «dégagé des impressions sensibles» qui représente un «stade de la connaissance où le contenu de l’expérience sensible se traduit en termes de langage». Ce contenu a deux particularités : 􏰇

  • a/􏰈 il est l’«articulation d’un contenu imagé en paroles» autrement dit, ce n’est pas l’objet d’une «intuition universelle» ;
  • 􏰇b/􏰈 toutefois, l’expression linguistique ne constitue pas le contenu, elle le traduit, sans le «créer». p 45. 

a/ Que l'exprimable soit dégagé des impressions sensibles (recueillies en [∃]), ne nous pose pas de problème de compréhension particulier : la "prise de conscience", vue comme la rencontre d'un percept et d'un concept (JP Changeux) peut se faire:

  1. en 𓁝[⚤]𓁜 (voir ci-dessus);
  2. en 𓁝[#]𓁜, lorsque d'instinct le Sujet "trouve sa place", ou arrange des figures sans l'exprimer par des mots. Il m'est arrivé, maintes fois, en bricolant dans mon garage de trouver un "truc" adéquat pour réparer quelque chose, sans recourir au langage articulé; de même pour "penser en géomètre";
  3. en 𓁝[♲]𓁜, nous avons la figure déjà longuement commentée sur ce blog du maître 𓁜, docteur de la loi, face à l'élève ou au disciple 𓁝.

Pour en rester à un Imaginaire limité à [∃][⚤][♲], nous retiendrons 1/ et 3/.

b/ Que l'expression linguistique (en [⚤]) ne constitue pas le contenu, mais le traduise (i.e.: qu'il vienne de  [∃] ou de [♲]) ne pose pas plus de ploblème :

  • Le percept source de l'expression [∃]𓁜, n'est pas l'objet d'une "intuition universelle", et lorsque Jacques tombe sur un caillou, il faut que son maître expérimente la même douleur pour qu'ils se comprennent;
  • Le concept prenant sa source en 𓁝[∅] et conceptualisé en [♲]𓁜, le traduit (i.e.: "expression linguistique") en [⚤]𓁜 sans le créer.

En fait, mon problème ici, est que je n'en discerne pas... Ce que l'auteur présente comme des "contradictions" vient des "changements de postures" du Sujet 𓁝𓁜, voire de l'auteur qui en parle 𓂀 ! En ce sens, ces "contradictions" ne semblent être la prise de conscience, par les Auteurs qui en débattent, d'une "indétermination" liée à ces changements de postures... Et l'on retombe sur Noether. CQFD.

Rétrospectivement, il m'est donc difficle d'oublier ce que nous venons de voir, pour me remettre dans leur peau et discuter comme eux de "contradictions" que je ne vois plus !

- Tu n'es pas historien...

- D'où mon intérêt pour cette lecture, prise comme un exercice d'assouplissement de mes neurones.

- Pour en revenir à ton tableau ?

- "L'exprimable" au sens d'identification, comme au sens d'expression d'un concept,, est de niveau [⚤], comme le temps logique.

Maintenant, De Libera fait un parallèle en quelque sorte entre :

  • la contradiction sur la nature même de "l'universel" comme idée,
  • et celle que nous venons de voir et tient au langage, pour en parler.

Je te le laisse lire :

"L’alternative ouverte en 2 relance la contradiction interne des positions «platonicienne» et «aristotélicienne». 

  • Si, comme le dit Platon, l’universel est une «réalité subsistante», c’est un incorporel, mais, un incorporel étant dégagé du sensible, il doit en être abstrait : ce n’est donc pas une réalité subsistante, mais un concept comme l’universel aristotélicien
  • Réciproquement, si l’universel est un incorporel, c’est-à-dire un concept abstrait, comment peut-il être à la fois une réalité subsistante et «correspondre» aux êtres réels dont il est dégagé ?

En outre, à s’en tenir à la position stoïcienne où le λεχτόν􏲌􏱶􏲆􏰆􏲍􏱴 est distingué à la fois de l’Idée platonicienne et du concept mental aristotélicien, le mode ontologique de ce subsistant est aussi un problème : qu’est-ce en effet qu’un être qui n’est ni l’être réel (la chose singulière), ni l’être idéel de la Forme séparée de Platon, ni l’être mental ou psychique du concept abstrait d’Aristote ?

J'espère que tu vois comme moi le hiatus entre ces deux "contradictions" dans le discours :

  • La première se situe en [♲] au niveau des "idées platoniciennes";
  • La seconde en [⚤] au niveau de leur expression explicite, dans une approche logique limitée au 1er ordre.

- Tu nous dis que l'on mélange des choux et des carottes ?

- À nos yeux, oui, mais c'est indétectable dans un monde qui ignore Freud, etc... Il faut donc comprendre la logique qui nous est offerte telle qu'elle se présente.

"Si, comme le dit Platon, l’universel est une «réalité subsistante», c’est un incorporel, mais, un incorporel étant dégagé du sensible, il doit en être abstrait : ce n’est donc pas une réalité subsistante, mais un concept comme l’universel aristotélicien".

Le Subsistant incorporel, se situe en  (𓁝[∅]⏩[♲]𓁜)𓂀, comme nous venons de le voir plus haut;  et donc, qu'il soit dégagé du sensible est évident. 

Ma difficulté tient à ce qu'instinctivement, pour moi ici et maintenant, un concept est précisément ce qui "dure" et est donc "subsistant", dans une approche relativiste... La coupure profonde est peut-être là : avant Galilée, le relativisme n'est pas théorisé...

"Réciproquement, si l’universel est un incorporel, c’est-à-dire un concept abstrait, comment peut-il être à la fois une réalité subsistante et «correspondre» aux êtres réels dont il est dégagé ?"

Là, il y a tout un mouvement du Sujet vers l'objet qui est ignoré, et fait croire que l'idée "correspond" à l'objet, alors que de notre expérience du Réel, nous ne retenons que ce que nous en avons conceptualisé. Le saut épistémique est effectivement l'approche relativiste Galiléenne (après un long cheminement à la Renaissance, initié par les peintres Italiens).

- As-tu au moins pu suivre ce que t'explique l'auteur ?

- Oui, je le crois, mais il faut véritablement déconstruire sa propre pensée !

La question 3 :

"La question 􏰇3􏰈 reprend l’ensemble du problème d’un troisième point de vue qui ramène directement à un second aspect du débat d’Aristote avec Platon.

L’universel est-il une Forme séparée ou une forme immanente au sensible?

  • Si c’est une Forme entièrement séparée, il y a un abîme infranchissable entre l’intelligible et le sensible.
  • Si c’est une forme immanente, il faut expliquer comment l’intelligible peut bien être «présent dans les sensibles». p. 45

Pour le coup, notre schématique permet d'éclaircir le débat.

1/ Nous avons deux mouvements antagonistes : immanent  / transcendant .

2/ Faute de niveau [#] où l'espace et l'appartenance peuvent se constituer au-delà de l'ordre et du temps propres à [⚤], les "formes" sont directement situées au niveau des idées (platoniciennes) en [♲]. Maintenant, il y a deux façons de créer ces "formes" :

  • Soit par l'expérience, dans une démarche immanente ⏩[♲]
  • Soit à partir du Symbolique (ou du vide [∅], comme "objet initial": ex nihilo) dans une démarche transcendante : ⏩[♲]. Ce qui donne des "formes séparées" du vécu.

3/ Le sensible fait partie du processus immanent (avec la perception du Réel  en [∃]𓁜 et son identification en [⚤]𓁜.

4/ Si donc la "forme est entièrement séparée", il y a effectivement un abîme infranchissable entre l’intelligible et le sensible. Avec un bémol selon moi : de quelle façon nous viennent les mots pour dire le sensible ?

5/ Si la forme est immanente, comment est-elle intelligible. Là c'est plus vicieux.

- Je ne te suis pas ?

- L'idée c'est que les "formes" sont dans le Réel, et que nous les "cueillons", comme un virus s'accroche à un bout d'ARN d'une cellule qu'il percute. La question est : pourquoi l'adénine (A) s'accroche à la thymine (T) et la cycosine (C) à la guanine (G) dans l'entrelacement de deux chaînes d'ADN, moi sur un brin, et l'Univers sur l'autre, le microcosme reflétant le macrocosme. C'est une approche totalement étrangère à la physique moderne (i.e.: selon l'interprétation de Copenhague, avec Bohr contre Einstein)!

Approche que l'on retrouve plus tard avec les similitudes (voir : point #5 Retour à Foucault).

Maintenant, oublie le Réel lacanien, complètement hors de l'Imaginaire et à ce titre absolument inimaginable, totalement indicible, et parlons-en au contraire : il est rempli d'objet, et donc de "formes". La question est : comment peut-il y avoir accord entre cet extérieur et mon être intime, mon "intelligible"? Tu vois bien que cette question écrase toute notre structure : les formes sont à la fois réelles et concepts, et les dieux dansent sur un mont Olympe visible à la jumelle... Même un gosse recherchant un Pokémon grâce à son GPS ne s'y laisserait pas prendre...

Ceci dit, si la forme est immante, tu n'es pas sorti de l'auberge pour autant ! 

"On retrouve alors l’opposition de Platon et d’Aristote. L’universel présent dans le sensible est

  • soit une forme participée,
  • soit un universel au sens où le définit Aristote dans les Seconds Analytiques, qui «réside un et identique dans les sujets particuliers». Dans ce dernier cas, l’affaire n’est pas tranchée, car le passage même où Aristote définit l’universel comme présent dans les choses pose aussi qu’il est une « unité » sortie de la « pluralité » (...), résidant dans l’âme."

Nous avons fait tout un laïus concernant le passage de l'Un au multiple, compris comme une partition, dans une démarche transcendante: ⏩[♲], complètement ignorée des Grecs, puisqu'ils ne théorisent pas vraiment le concept "d'appartenance". Il faut donc entendre par "multiple", le dénombrable, en [⚤]𓁜.

On pourrait donc comprendre un universel au sens des Seconds Analytiques :

  • comme unique en [♲]𓁜
  • le Sujet ramène ensuite l'objet en [⚤]𓁜 à un critère de jugement (l'objet discriminant pour nous) déterminé par [♲]𓁜. Ce qui donne une multiplicité de jugements sur toutes sortes d'objets à partir d'un critère donné (un universel).

Maintenant, la question au Moyen Âge ne se pose pas en ces termes : comment l'Unique peut-il être dans le multiple ? Il ne s'agit plus du rapport du Sujet à l'objet, mais des qualités propres à l'objet, en dehors même de la présence du Sujet. Question : un pot de chambre posé sur la Lune, sans la moindre présence humaine reste-il, dans ce contexte, un "pot de chambre en soi" ?

Tu vois qu'à partir de cet écrasement du discours, tout se complique, comme le dessine si bien Sempé ! 

- Je vois que tu fatigues, si nous y revenions demain ?


Le 10/11/2021 :

- J'ai passé le temps à relire et corriger ce texte, ce qui m'a permis de clarifier ma propre pensée. J'espère que c'est plus digeste. Cela m'a permis de tester l'aspect opératoire de notre représentation de l'Imaginaire du Sujet, avec des règles de syntaxe qui se dessinent petit à petit.

- Pour en revenir à Phorphyre ?

- Tu as raison, j'arrivais au bout du chapitre.

L'auteur fait le lien Porphyre et les trois courants du Moyen Âge :

"En formulant ces trois questions, Porphyre met donc le doigt sur l’ensemble des contradictions qui minent le platonisme et l’aristotélisme. C’est une présentation diaporématique de la tension qui structure la métaphysique occidentale dans tous les aspects concernés : ontologie générale, théorie de la connaissance, théorie du signe et de la signification.
Pour J. Tricot, c’est aussi la matrice des grandes positions théoriques que le Moyen Âge va forger «avec des nuances innombrables» : le réalisme, le nominalisme et le conceptualisme." p. 43

Comme je ne connaissais pas le terme diaporématique, je me suis empressé de questionner mon Mc favori, qui me ressort ceci, attaché à "aporie" :

"APORIE B.1. - [La méthode diaporématique, qui ressortit à le Dialectique, est caractérisée par la mise en présence, pour chaque problème, d'une thèse et d'une antithèse également raisonnée. Suit la liste des apories.]" Aristote, La Métaphysique (Vrin, 1986, trad. J. Tricot)

Autrement dit, cette méthode qui vient de la dialectique, l'auteur place son discours au niveau [⚤]𓂀, ce qui est somme toute cohérent avec son objet.

Et Libero termine sur ce petit schéma récapitulatif :

"Il suffit de présenter ainsi les alternatives de Porphyre : 􏰇

  1. Les genres et les espèces
    1. sont des réalités subsistantes en elles-mêmes ou
    2. de simples conceptions de l’esprit ;
  2. 􏰇Les genres et les espèces sont
    1. des corporels ou
    2. des incorporels ; 􏰈 􏰇
  3. Les genres et les espèces sont
    1. des êtres séparés ou
    2. des êtres subsistant dans les choses sensibles ;

pour voir se former la structure qui a porté toute l’exégèse néoplatonicienne tardive, puis, à travers elle, une partie de l’exégèse arabe et latine, par des voies que l’on peut identifier historiquement et sur lesquelles on reviendra plus loin.

Cette structure est la distinction des trois états de l’universel :

  • 􏰇a􏰈 les universaux antérieurs à la pluralité (􏰀􏰁􏲘...) = 􏰇1. 1􏰈 ;
  • 􏰇b􏰈 les universaux postérieurs à la pluralité(...􏲄􏰀􏱽􏰆􏱵􏲕􏱹􏰀􏱵􏲌􏲌􏱵􏲕􏱹)=􏰇1.2􏰈 ; 􏰇
  • c􏰈 les universaux dans la pluralité (􏲄􏱴...) = 􏰇3. 2􏰈. " p. 47

Comme je te l'ai déjà dit : c'est structuré comme un programme...

Maintenant, pour mieux m'y repérer par la suite, sans toujours y revenir, il faudrait que j'attribue à chacun des concepts repris ici, la posture du Sujet correspondante et les mouvements qui y mènent, mais ce sera pour demain !

- Amen

Hari

Note 1 :

C'est à mon sens une question proprement philosophique, car il s'agit bel et bien d'un "manque à penser" qui fait sens..

N'oublions pas d'où nous venons : nous sommes dans une généalogie indo-européenne, structurée selon Dumézil autour de mythes trinitaires, que l'on retrouve tardivement dans notre structure sociale, jusqu'en 1789  : Noblesse/ Clergé/ Tiers état.

Bien avant, dans les sociétés froides, les structures sociales étaient complexes et très prégnantes, permettant à chacun de trouver sa place dans la tribu. Lévi-Strauss y a même relevé le groupe de Klein dans l'arrangement des mariages !

Donc, oui, la pensée grecque s'est orientée vers autre chose.

Sans doute Socrate fait-il clivage ? Avec sa maïeutique il faisait passer pour idiots ceux qu'il enfonçait d'une dialectique percutante, propre à racoler autour de lui le parti des rieurs. C'est ainsi qu'il a imposé la logique du 1er ordre, par son esthétique, et son efficacité : une "mode avant l'heure"?.

- Mais il y eut Euclide après lui, et les géomètres...

- Sans doute, et Pythagore avant lui, mais Platon s'enracine directement dans Socrate, et Aristote dialogue avec lui...

Par ailleurs, l'exemple Japonais, avec la nécessité de trouver une façon de se situer ensemble, malgré les différences dans un Ma 間 partagé, montre qu'une autre approche était possible...

Note du 11/11/2021

Je relis encore ce matin ces deux articles sur la question des universaux, pour y chercher l'envie de continuner ma lecture car, à franchement parler, je m'enlise dans tous ces prolégomènes. Je suis trop loin de chez moi et doute d'arriver jamais à suivre l'auteur dans ses développements...

Mais en relisant cette alternative :

  • les genres et les espèces ont-ils une existence réelle («subsistance») au titre de formes séparées ou;
  • existent-ils seulement dans l’esprit du sujet connaissant".

et après avoir correstement situé, me semble-t-il, le "subsistant" en [♲], comme équivalent au terme de "quantité conservée" dans le triptyque de Noether, je me demande si l'autre branche de l'alternative ne renvoie pas tout simplement à la propriété universelle de l'élément ∅ de notre "objet initial" de la catégorie des Ensembles. C.-à-d. qu'à partir de lui, tout et n'importe quoi puisse en découler : tout concept du Sujet en découle dans un processus transcendant (([♲]𓁝⇆𓁜[∅])⏩([♲]𓁜))𓂀.

- Tu l'as déjà écrit.

- Oui, mais sans trancher sur l'existence ou non du niveau [∅] dans la pensée grecque antique. Elle est absolument évidente dans la philosophie bouddhiste, et chinoise (avec le Mu 無) mais là, elle pointe du nez, si je puis dire.

Avec l'idée de réminiscence et de renaissance, cela fait beaucoup, ne trouves-tu pas ?

Opposé à ces considérations philosophiques, il arrive que "des idées" se forment dans un processus immanent : pense à Archimède jaillissant de sa baignoire en s'éciant euréka ! Nous avons d'ailleurs beaucoup étudié ce processus à l'aide de la forme canonique des mythes de Lévi-Strauss.

Donc, nous ramenons bien, ici, l'alternative proposée par de Libera, à deux processus concurrents :

  • Premier ordre (immanent) :
     (([∃]𓁝⇅𓁜[⚤])⏩([∃]𓁝⇅𓁜[⚤])⏩([⚤]𓁝⇅𓁜[♲])⏩([⚤]𓁝⇅𓁜[♲])⏩([♲]𓁜))𓂀
  • Second ordre (transcendant) : (([♲]𓁝⇆𓁜[∅])⏩([♲]𓁜))𓂀

Autrement dit, la "dispute" vient d'une nécessité, ressentie par les protagonistes, d'avoir à choisir (et là nous retrouvons l'axiome du choix des matheux) entre les deux processus.

Par curiosité, j'ai surfé sur le net pour me raffraîchir la mémoire concernant l'introduction du "zéro" en Occident.

1/ Il a été repris des Indiens par les Arabes au IXe siècle, alors qu'il se trouvait déjà dans l'écriture babylonienne,

2/ La notion arrive en Occident au XIIe sièlce et devient "zéro" au XVe,

3/ Les Grecs refusent le concept (voir ici) : 

"Les Grecs, peuple pourtant mathématicien, ont rejeté le zéro pour ces raisons. Ainsi, Euclide énonce : « Est unité ce selon quoi chacune des choses existantes est dite une ». En d'autres termes, est un ce qui existe. Le vide n'existant pas selon Aristote, le nommer est sans intérêt voire faux."

- Mais alors, à quoi se rattache ce qui ne serait pas substantiel, ces concepts comme "flatus voces" ?

- Je pense que, comme nous y invite de Libera, il faut nous garder, rétropectivement de vouloir caractériser chaque période historique par une seule pensée... Si Aristote s'oppose à l'idée, c'est qu'il la connaît.

J'aurais tendence à penser que ce niveau Imaginaire [∅], qui nous est indispensable aujourd'hui pour rendre compte de notre organisation Imaginaire, était, non pas absent, mais laissé en jachère en Occident, quand il était parfaitement identifié en Orient.

Nous avons donc deux questions d'ordre philosophique :

  • Pourquoi les Grecs ont "oublié" de développer la méologie et déserté le niveau [#], parfaitement connue des anciens peuples primitifs, et de façon continue en Orient;
  • Pourquoi les Grecs ont-ils refusé de penser le vide, et déserté le niveau [∅] ?

Pour bien visualiser la chose : sur une gamme Imaginaire [∃][⚤][#][♲][∅], les Grecs se retranchent (majoritairement) sur trois niveaux :  [∃][⚤][♲]; focalisés sur l'articulation logique [⚤], entre processus immanents et transcendants.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article